Histoires d'entreprises

Les projets d’Amazon derrière l’ouverture de sa librairie

Mais quelle mouche a donc piqué Amazon ? Le plus gros site de e-commerce au monde a-t-il renié son ADN en décidant mardi 3 novembre d’ouvrir sa première librairie à Seattle ? Au contraire, c’est une question de survie ou plutôt d’évolution.

Une librairie connectée pour en savoir encore plus sur vous

Si l’ouverture a surpris les habitants de Seattle, elle a surtout exaspéré un peu plus les libraires de la région. Déjà très affaiblis par le succès du site en ligne, ils redoutent l’arrivée d’Amazon dans les centres villes et ils ont raison. Car l’entreprise qui a presque tué leur secteur en proposant un choix infini, sans loyer à payer et sans problème de trésorerie souhaite désormais proposer une nouvelle expérience à ses clients: une librairie connectée. Pour cela, Amazon utilise toutes les données récoltées sur son site et vous oblige à utiliser son application. Comment ? c’est très simple: seuls les livres les mieux notés sont présentés, surtout, aucun prix n’est affiché. Pour le connaître, il faut scanner le code barre du livre via l’application Amazon. Plusieurs informations sont alors disponibles, le prix et surtout les commentaires, la grand force d’Amazon.

Amazon garde ainsi une trace de vos consultations, comme sur le site. En clair, Jeff Bezos garde un œil très attentif sur votre comportement en magasin, une mine d’information pour améliorer son site et ses offres.

                  

Peaufiner son arrivée dans le multi-canal

Cela peut sembler surprenant mais ce n’est un secret pour personne. Tôt ou tard, Amazon devra posséder des magasins en propre. L’année dernière, l’entreprise avait d’ailleurs annoncé le lancement de son premier établissement à New York mais le projet n’a finalement pas vu le jour. Avec la librairie de Seattle, Amazon avance avec prudence et limite l’expérience à son cœur de métier mais l’époque pure player est peut-être révolue.

La stratégie d’Amazon semble en effet s’essouffler. Depuis longtemps, Jeff Bezos cherche à tuer la concurrence par tous les moyens. D’abord par les prix puis en proposant une livraison toujours moins chère et plus rapide en espérant que la concurrence suive et meure en route. Le programme Amazon prime à travers lequel les clients sont livrés de façon illimitée pour 100$/mois est constamment décrit comme une priorité absolue. Le programme mobilise donc d’importantes ressources chez Amazon. Dernier exemple en date, l’intense campagne publicitaire à la télévision française, exclusivement focalisée sur le programme Amazon Prime. Problème les résultats se font attendre et surtout les coûts explosent.

D’après le cabinet DLD2D, les couts de livraison ont augmenté de 40% en 2014.

Or le temps presse car depuis quelques années, les acteurs traditionnels de la distribution ont réagi. Investir dans une plateforme internet s’est avéré relativement simple. Leurs sites internet tournent donc à plein régime. Surtout, ils sont directement reliés à leurs magasins qui peuvent ainsi jouer le rôle de plateforme logistique ultra-flexible, tout en permettant de rassurer le consommateur. Les enseignes multi-canal prennent enfin leur revanche !

En France, Decathlon, IKEA, La FNAC ou Darty en sont les meilleurs exemples mais les grandes enseignes de la distribution sont également à la pointe. Carrefour, Leclerc …. toutes se sont lancées dans le Drive et ça marche. D’ailleurs la France ferait partie des pays pionniers en terme de multi-canal.

Au États-Unis, ce sont les enseignes comme Macy’s, Wal-Mart, Best Buy ou Costco qui enregistrent de fortes croissance.

Vous l’aurez compris, Amazon doit réagir et cela passe probablement par des boutiques en propre. Une option serait de racheter une grande chaîne de distribution en difficulté alors ouvrez bien vos mirettes…

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s